Le Wing Chun?

Le Wing Chun?

咏春拳 (caractères simplifiés)
Wing Chun Kuen en Wade-Giles cantonais.
Yǒngchūn quán en pinyin mandarin.

咏春 wing chun
咏 yǒng/wing – réciter, chanter
春 chūn/chun – printemps, amour, vie
拳 quan/kuen – poing, boxe

Dans sa forme courte 咏春 le Wing Chun signifie littéralement la boxe du printemps qui chante.

Le Wing Chun est un art martial (système de combat) originaire du sud de la Chine.
Son but est de mettre un adversaire le plus rapidement possible, hors d’état de nuire.

Le Wing Chun utilise de nombreux outils dont :

Les trois formes (tao*) à mains nues.

La première forme à mains nues Siu Lim Tao 小练头 ou « La petite pratique » constitue le réservoir principal des grands principes du Wing Chun. Elle enseigne à l’élève une bonne structure et stabilité corporelle, elle lui permet de se familiariser avec une bonne verticalité. Suivant les écoles cette forme, comme les autres formes, est exécutée différemment. De même le champ des applications sera très large et différent suivant les écoles. Mais si l’on dépasse ces apparences le fond de la recherche reste le même. Cette forme est souvent désignée et confondue avec le Tao : Siu Nim Tao 小念头 xiǎo niàntou (La petite idée). Ainsi nous voyons de nombreuses vidéos intitulées Siu Lim Tao traduites par « La petite idée » à la place de « La petite pratique ».

La deuxième forme à mains nues Chum Kiu 寻桥 « chercher le pont » intègre les déplacements avec des angles d’attaques-défenses différents.

La troisième forme à mains nues Biu Jee 镖指 (镖 biāo – dard, arme de jet, escorter – 指 zhǐ – doigt, indiquer, compter sur, conseiller, instruire) est une forme qui va principalement utiliser les frappes avec les doigts et les coudes. Elles représente un système d’urgence, sorte de dernier recours possible quand la personne est en mauvaise « posture » avec un éventuel agresseur.

Le Chi Sao ou « mains collantes » permet au pratiquant de sentir les mouvements du partenaire (à l’entraînement) grâce au contact. Il permet donc de sentir les « fautes », les ouvertures possibles et d’adapter des réactions rapides, spontanées par le biais du conditionnement. Le Chi Sao est un entraînement cyclique qui va canaliser notre expression naturelle, brute, la transformant en une nouvelle énergie positive.


* Les formes sont appelées les Tao, mais le mot (sinogramme) est constitué de deux caractères (tàolù 套路), ce qui représente une série de mouvements enchaînés dans les arts martiaux. Ces deux caractères séparés ont un sens tout à fait différent :

1. tào – recouvrir; copier; série; collection; étui; gaine; tau (lettre grecque); (classificateur pour les objets constituant un ensemble, par ex. un service à thé)
2. – chemin; route; trajet; distance; moyen; issue; ligne; (classificateur pour les lignes d’autobus)

Cette précision permet de ne pas confondre les tao (tàolù, les formes) et le tao (dào 道 ce qui signifie la voie, le chemin, le principe) et qui graphiquement se compose ainsi :  marcher,  tête et que nous retrouvons dans le Lao Tseu : Tao Te King.